Santé Alternative

Forum de discussion sur la santé alternative. La médecine n'a pas toujours une solution ... il faut donc se tourner vers d'autres hosizon.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» cancer
Ven 5 Juil - 23:07 par apache

» Greffe du foi - pour un cancer colorectal (métastasique au foi)
Mer 26 Nov - 14:23 par Admin

» À la recherche de solution médicale ou alternative pour un cancer - 43 ans
Mer 26 Nov - 14:05 par Admin

» Plusieurs tests à faire à plusieurs niveau psychologique
Mer 26 Nov - 13:40 par Admin

» Jus de pamplemousse et médicaments
Mer 26 Nov - 12:59 par Admin

» C. difficile : Faut-il s'en inquiéter?
Mer 26 Nov - 12:58 par Admin

» Santé Canada rappelle aux Canadiens les risques de manger des fruits de mer crus ou mal cuits
Mer 26 Nov - 12:55 par Admin

» Plusieurs suppléments alimentaires à base de plantes - toxiques
Mer 26 Nov - 12:53 par Admin

» Le gouvernement du Canada réagit aux rapports révélant la présence de mélamine dans les produits alimentaires
Mer 26 Nov - 12:45 par Admin

Septembre 2014
DimLunMarMerJeuVenSam
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
CalendrierCalendrier
Sondage
Partagez | 
 

 Trouble dysthymique - Trouble de l'humeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages: 296
Date d'inscription: 16/11/2008

MessageSujet: Trouble dysthymique - Trouble de l'humeur   Mar 25 Nov - 11:32

Description
La dysthymie est un trouble de l'humeur, les racines grecques du nom signifiant « humeur malade ». Il s'agit d'une dépression chronique, légère, qui s'étend sur une très longue période. En général, la dépression de l'humeur n'est pas assez grave pour répondre aux critères d'une dépression majeure ou d'un trouble dépressif récurrent.

Le trouble s'installe habituellement au début de l'âge adulte et peut durer des années, voire des dizaines d'années. L'apparition du trouble à un âge plus avancé est souvent associée au deuil ou au stress apparent, et fait suite généralement à un épisode dépressif plus marqué. Les femmes sont deux fois plus susceptibles d'éprouver ce trouble que les hommes, les proportions hommes/femmes étant semblables à celles observées dans la dépression majeure. Environ 3 % de la population sont atteints de dysthymie, les trois quarts de ces personnes présentant les signes d'autres troubles psychiatriques ou problèmes médicaux.
La dysthymie avait plusieurs autres appellations dans le passé : dépression névrotique, personnalité dépressive et dépression anxieuse persistante.

Causes
L'hérédité joue un rôle important dans l'apparition de la dysthymie. Dans la plupart des cas, surtout lorsque le trouble apparaît assez tôt, les personnes dysthymiques présentent des antécédents familiaux de troubles de l'humeur, y compris le trouble bipolaire (appelé aussi trouble maniacodépressif). En fait, jusqu'à 30 % des personnes dysthymiques connaîtront, à un moment donné, des épisodes hypomaniaques (humeur élevée - voir Trouble cyclothymique). Un des parents ou les deux parents pouvaient avoir reçu le diagnostic de dépression majeure. Le fait que d'autres membres de la famille ont été atteints augmente la probabilité que la personne développe une dysthymie à l'adolescence ou au début de la vingtaine.

Dans environ un tiers des cas, la dysthymie se développe à l'âge moyen, et c'est ce qu'on appelle dysthymie d'apparition tardive. Les symptômes se manifestent généralement après un épisode dépressif particulier, associé à un choc psychologique ou à la perte d'une personne chère.

Symptômes et Complications
Voici les signes pouvant indiquer un trouble dysthymique :

  • humeur dépressive pendant de longues périodes
  • tristesse ou irritabilité
  • faible estime de soi
  • baisse d'énergie ou fatigue
  • troubles du sommeil
  • changements d'appétit
  • retrait ou conflits sociaux
  • rendement médiocre au travail ou à l'école
  • incapacité de ressentir du plaisir lors d'activités ou de passe-temps qui lui étaient agréables (anhédonie)
  • troubles physiologiques

La gravité de ces divers symptômes varie d'une personne à l'autre.

Diagnostic
Le principal signe de dysthymie est une humeur dépressive évidente, les périodes de bien-être intermittentes ne durant que quelques jours ou quelques semaines. Pour pouvoir poser un diagnostic de dysthymie, les symptômes d'humeur dépressive et de fatigue doit être présents depuis au moins deux ans (un an chez les enfants et les adolescents). Ces symptômes doivent être assez sévères pour perturber le fonctionnement normal quotidien de la personne. Pendant ces deux années symptomatiques, aucun épisode de dépression majeure n'a été présent, bien qu'il ait pu se produire et se soit complètement résolu par le passé. Le médecin devra aussi écarter la possibilité d'autres problèmes mentaux, y compris la schizophrénie et les troubles psychotiques ou troubles délirants.

Il n'est pas toujours simple de reconnaître et de diagnostiquer la dysthymie, et une erreur de diagnostic est possible. Comme les personnes dysthymiques peuvent ne se rendre compte qu'elles sont déprimées, elles se plaignent à leur médecin de symptômes physiques plutôt que psychologiques. On ne consulte pas toujours les spécialistes de la santé mentale, jusqu'à l'apparition de symptômes plus évidents. Si la dysthymie n'est pas diagnostiquée, elle risque de mener à un abus d'alcool ou d'autres drogues, voire même au suicide. Plus on tarde à obtenir le diagnostic et à amorcer le traitement, et plus le rétablissement sera long.

Traitement et Prévention
On peut recourir à la fois aux médicaments et à la psychothérapie pour traiter la dysthymie. Presque deux tiers des personnes atteintes bénéficieront de la prise d'un antidépresseur, comme les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS, comme la fluoxétine). Les antidépresseurs sont recommandés surtout lorsque la personne présente des antécédents familiaux de troubles de l'humeur ou de dépression. Les androgènes (hormones) se sont aussi révélés efficaces dans le trouble dysthymique d'apparition tardive tant chez les hommes que chez les femmes. Les anxiolytiques, comme les benzodiazépines, sont moins efficaces et ne sont pas recommandés pour des traitements à long terme.

Le remède contenant du millepertuis commun (herbe Saint-Jean) peut aider à soulager les symptômes de la dépression. Il est surtout utilisé en Europe où des remèdes de la médecine douce sont de plus en plus intégrés à la médecine conventionnelle. Des études ont démontré que ce remède réduit les sentiments de dépression, d'anxiété, d'apathie et de dévalorisation. Son efficacité n'est pas encore tout à fait élucidée bien que, selon des chercheurs, certains éléments actifs de la plante puissent avoir des effets sur la dépression. Le millepertuis commun réduit le captage de la sérotonine dans le cerveau, action similaire à celle de certains antidépresseurs (ISRS). Ses effets secondaires peuvent être plus légers que ceux de certains antidépresseurs, et son efficacité, moindre que celle des médicaments d'ordonnance.

Toutefois, les remèdes à base de plantes médicinales ne sont pas soumis à des règlements stricts, et l'on n'est pas certain de la quantité d'ingrédient actif que pourraient renfermer certaines préparations. Les médicaments d'ordonnance, par contre, sont régis par des règlements stricts et doivent renfermer exactement la quantité appropriée d'ingrédient actif. Il est donc recommandé de faire preuve de prudence avant de choisir soi-même les remèdes pour traiter sa dépression. Le simple fait qu'un remède est vendu sans ordonnance et qu'il est fait à partir de plantes médicinales ne signifie pas nécessairement qu'il est sans danger. Des réactions indésirables aux remèdes à base d'herbes médicinales sont signalées de plus en plus souvent aux médecins. Avant de recourir au millepertuis commun pour traiter la dépression, il est essentiel d'en discuter avec un médecin.

Les approches psychothérapeutiques à court terme sont assez efficaces pour soulager les symptômes de la dépression associée à la dysthymie. Le thérapeute recherche des signes d'un comportement suicidaire ou d'une tendance à l'autodestruction, et encourage son patient à voir l'avenir de façon optimiste. La psychothérapie se concentre généralement sur les changements au niveau des relations interpersonnelles et de la conscience de soi cognitive. On peut inviter la famille et les amis proches à participer aux séances de traitement afin que le patient puisse bénéficier d'un réseau de soutien. La thérapie de groupe peut aussi se révéler utile.

Environ 50 % des personnes dysthymiques se remettront de la dépression, mais leurs rémissions sont souvent de courte durée. Près de la moitié d'entre elles verront leurs symptômes réapparaître dans les deux ans suivant le rétablissement, avec des signes persistants du trouble de l'humeur et une tendance suicidaire. Sans traitement, la majorité des personnes dysthymiques finiront par développer des épisodes de dépression majeure en plus des symptômes de dysthymie. Bien que ces derniers soient plus légers que les symptômes de la dépression majeure, les médecins recommandent fortement que les personnes dysthymiques reçoivent des soins médicaux à long terme et fassent l'objet d'un suivi thérapeutique. Le traitement et le soutien continus leur offrent les meilleures chances pour améliorer leur qualité de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://santealternative.exprimetoi.net
 

Trouble dysthymique - Trouble de l'humeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Age pour premiers trouble
» Trouble dysthymique - définition DSM-IV
» trouble bipolaire ou trouble unipolaire
» Trouble dépressif majeur (ou "recurrent") - définition DSM-IV
» IZIA - So much trouble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Santé Alternative ::  :: -