Santé Alternative

Forum de discussion sur la santé alternative. La médecine n'a pas toujours une solution ... il faut donc se tourner vers d'autres hosizon.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Sondage

Partagez | 
 

 Trop peu d'orthopédistes décèlent les signes de violence conjugale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Trop peu d'orthopédistes décèlent les signes de violence conjugale   Lun 24 Nov - 15:23

Santé mentale


Trop peu d'orthopédistes décèlent les signes de violence conjugale

The Canadian Press
LA PRESSE CANADIENNE
6 juillet 2008

HAMILTON, Ont. - La plupart des chirurgiens orthopédistes au Canada ne pensent pas que les femmes qui leur sont envoyées pour consultation, souffrant de fractures, sont victimes de violence conjugale, et moins d'un cinquième d'entre eux sont d'avis qu'ils devraient s'efforcer de dépister les cas de mauvais traitements. C'est ce qu'a constaté un universitaire dans une étude récente.
Les fractures sont le deuxième type le plus fréquent de blessures non fatales subies par les femmes victimes de violence, a déclaré le docteur Mohit Bhandari, professeur à l'Université McMaster, qui a dirigé une équipe de travailleurs sociaux, de médecins et de psychiatres en Amérique du Nord.
Dans l'étude publiée en juillet, réalisée à partir d'un sondage auprès de 186 chirurgiens orthopédistes au Canada, le Dr Bhandari constate que ces spécialistes perpétuent des idées fausses à propos de la violence conjugale.
Ainsi, un chirurgien orthopédiste sur cinq croit que les femmes attirent les coups, cinq pour cent pensent que les victimes choisissent d'être des victimes et cinq pour cent sont d'avis que les femmes et leurs agresseurs sont également responsables des sévices. Ce domaine de la médecine est dominé par les hommes, note le Dr Bhandari.
Comme plusieurs femmes sont envoyées au bureau du chirurgien orthopédiste lorsqu'elles souffrent d'une épaule disloquée, d'une fracture du poignet ou d'entorses aux doigts ou au dos - parce qu'elles ont été poussées en bas des escaliers ou contre un mur, ou qu'on leur a écrasé la main dans une porte - ces spécialistes sont en position de dépister les mauvais traitements et de référer les femmes aux services sociaux avant que la situation ne s'aggrave, explique le Dr Bhandari.
Malheureusement, les chirurgiens orthopédistes ne sont pas entraînés à le faire, ni sensibilisés à la violence conjugale, et ne sont pas à l'aise de demander aux victimes si elles subissent de mauvais traitements, ajoute-t-il. Ils craindraient notamment d'empiéter sur la vie privée de la victime.

Source: http://www.santecheznous.com/channel_health_news_details.asp?news_id=299&news_channel_id=33&channel_id=33&relation_id=43107
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://santealternative.exprimetoi.net
 
Trop peu d'orthopédistes décèlent les signes de violence conjugale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le ton employé dans certains messages est trop agressif
» Idées pour faire la vaisselle sans trop consommer d'eau?
» Les ouvriers trop peu nombreux
» Ces parents qui aiment trop
» petit jeu trop marrant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Santé Alternative :: Santé Alternative :: Santé mentale-
Sauter vers: